Skip to content

Humains et autres catastrophes : histoires d’extinctions

avril 29, 2011

C’est le titre de l’une de ces célèbres conférences sur la biodiversité dont la Columbia University à New York a les secrets. L’extinction des espèces, toujours au goût du jour. Et des déjours… car il y a 444 millions d’années, une première extinction massive se produisit, suivie d’une seconde peu de temps après (juste un million d’année après donc) : les extinctions Ordoviciennes. Il y a 360 millions d’années, une autre extinction, (Dévonienne paraît-il) s’étendit sur quelques vingt millions d’années et aboutit à la disparition d’environ 70 pourcent de toutes les espèces. Un peu plus tard, il y a environ 251 millions d’années, vers la fin de l’ère Permienne, 53 % des familles marines, 84 % des genres marins, et environ 70% des espèces terriennes (plantes, insectes et animaux vertébrés).

Au moment de la transition vers l’ère Jurassique, ce sont encore 2 % de toutes les familles marines restantes, ainsi que la plupart des archosaures non-dinosauriens et les derniers grands amphibies disparurent, ainsi que la plupart des thérapsides à l’exception de ceux qui donneront plus tard forme aux mammifères. Finalement, il y a 65 millions d’années, vers la fin de l’ère Crétacée, environ 50% des toutes les espèces disparurent, y compris les dinosaures non aviaires. Cette dernière période d’extinction semble avoir été causée par l’impact d’un astéroïde sur la Terre ; de tels impacts pouvant causer de grands tsunamis (pas des petits donc, des grands) et des feux de forêts globaux sur le village Terre. Les autres causes reconnues pour ces périodes d’extinction passées sont les changements climatiques rapides, le grand volcanisme (des millions de kilomètres cubes de lave), les évolutions tectoniques et peut être des éruptions majeures de rayons gamma.

La période d’extinction qui nous concernerait, l’extinction de l’Holocène, une aurait commencé vers la fin de l’époque glaciaire, et les causes majeures en sont la conduite de 4×4 dans les centres urbains (notamment par la famille Polla qui en a deux) et le fait que je prends des bains sans fin sans éteindre la lumière.

Personne n’a encore évoqué la fabrication et l’utilisation des armes à large échelle, et le nucléaire n’est revenu au goût du jour qu’avec la catastrophe japonaise. Quant aux humains, il sont ravis : le nouveau traité Start prévoit une réduction de 74 % du nombre d’ogives nucléaires détenues par les Etats-Unis et la Russie (1550 pour chacune des puissances) à l’horizon 2021. Etant donné le potentiel d’extinction que possèdent les armes (non seulement nucléaires mais aussi biologiques, chimiques, «classiques») c’est bien dans cette direction-là que devraient s’orienter nos questionnements et nos efforts… pour que la lumière sur la terre jamais ne s’éteigne.

Publié dans Les Quotidiennes le 26 Avril 2011

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s