Skip to content

La Furie des glandeurs lance son numéro 03 avec un édito signé Barbara Polla

novembre 3, 2011

Le numéro 03 de La Furie des glandeurs traite d’architecture à Beyrouth:

Beyrouth in the Sky with Diamonds
Barbara Polla
« Depuis toujours, Beyrouth la sublime veut le ciel, rien moins. Depuis le ciel, la ville brille comme un diamant au clair de terre. Depuis ce Sky là, on ne voit ni la misère, ni les divisions humaines : les dieux en savent quelque chose, qui ont choisi depuis le début d’habiter ces gratte-ciels sans tours que sont les nuages. Beyrouth fourmille de dieux qui préfèrent voir le chaos avec hauteur.
C’est de ces hauteurs-là que j’arrive d’ailleurs, tout droit descendue du Sky. En quittant l’aéroport, je roule le long de la mer ; sur la droite, les premières indications routières disent : Sabra et Chatila. Choc mémoriel. Je me dirige vers la ville, captant d’un même souffle la poussière des bords de l’autoroute – une poussière qui semble à l’abandon -, et la grandeur passée de Beyrouth, partout présente. Mais ce qui frappe avant tout le Suisse que je suis – le Suisse qui vient visiter la Suisse du Moyen Orient – c’est la disparition flagrante de la volonté d’unité, de l’impératif de paix, au profit de la Furie.

Il me semble venir d’un Occident obsédé par la notion d’entité urbaine, qui recherche encore et toujours l’unité et où, même si l’échec est patent et les banlieues loin d’être intégrées dans le Grand Paris, cette volonté persiste… Beyrouth, elle, arbore ses divisions comme on arbore des diamants. La tentation disséminatrice est à son comble, la ville atomisée ; les Diamonds au coeur, les banlieues le plus loin possible. On cherche encore à recouvrir la ville d’un vernis de multiculturalité, on fait appel aux plus grands, Rafael Moneo, Jean Nouvel, mais le vernis ne tient pas. Pure cosmétique qui ne fait que souligner les irrémédiables divisions. Multipolaire, désolidarisée, Beyrouth se reflète au mieux dans le Sky ou encore dans les architectures d’un Bernard Khoury. Construire Beyrouth, encore, à défaut de la reconstruire. Marée vivante. »

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s