Skip to content

Elections françaises: une candidature (législative) hors du commun

avril 9, 2012

Dans le grand désert de débat des élections françaises (des élections à la française), entre ceux qui détestent Sarkozy et ceux qu’Hollande indiffère, il y a heureusement la perspective des législatives, avec des combats d’un autre niveau, d’une autre tonalité et d’un autre panache. Savez-vous qui est candidat, dans la deuxième circonscription de Paris, contre Fillon et Dati? Le professeur, le généticien, l’éthicien, le médecin, l’écrivain Axel Kahn.

Une candidature formidable. Une candidature socialiste que je soutiens? Et pourquoi pas? Axel Kahn, généticien tant respecté, n’avait pas hésité, à l’époque où j’étais députée nationale, à répondre à mon invitation et venir à Genève, à plusieurs reprises, pour nous aider à gagner la bataille contre l’initiative qui visait à restreindre, voire interdire, la recherche génétique dans notre pays qui est pourtant un phare en la matière. Je me souviens, Axel Kahn à l’Université à Genève, 600 personnes venues l’écouter. Et nous avons gagné!

Aujourd’hui à Paris, Axel Kahn s’engage pour le rayonnement culturel des arrondissements de la deuxième circonscription (les Vème, Vème et VIIème arrondissements), pour le logement étudiant et la santé étudiante (il vient de quitter la présidence de l’Université Paris V René Descartes et il sait tout sur le sujet), ainsi que pour les femmes. Un engagement pour les femmes qui dure depuis toujours: en témoignent ses écrits – et sa préface de mon prochain livre, Tout à fait Femme.

En témoignent aussi les femmes d’exception qui sont dans son comité de soutien: je suis fière de m’y trouver aux côtés de Gisèle Halimi, la première politicienne que je suis allée écoutée, je devais avoir 20 ans, je suis ressortie éblouie. Qui plus est, le comité de soutien d’Axel Kahn est présidé par Robert Badinter, et à une époque où la question de la peine de mort revient sur la table, il est bon de se rapprocher de l’homme qui a tant fait pour l’abolir! Nous ne serons jamais de trop, pour lutter contre ce non-sens, ce vide de sens, cette ignominie qu’est l’usurpation, au nom de la justice, du droit de tuer.

Publié dans Les Quotidiennes le 5 avril 2012

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s