Skip to content

Joyeuses Pâques au Château!

avril 9, 2012


La châtelaine? Michaela Spiegel. Les photos? Prises tout exprès pour les Quotidiennes, pour nous, notre liberté et la sienne. Autoportraits donc. Non, elle ne cherche pas les œufs, pas exactement, mais peut-être si en fait: selon l’artiste, «l’image “up side down“ me montre en fonction de directrice du Centre Pompadour, en position classique à côté de la cheminée, songeant aux rénovations à entreprendre.

Cette position est recommandée à toute femme d’un certain âge pour mettre le buste en valeur. De plus, elle favorise la circulation cérébrale-sanguine, ne pas à négliger avant une up-side-down-renovation d’un château. L’image “pussywalk“ (walking my pussy in nature) illustrent la vérité nue des malentendus linguistiques entre le mot “exhibition“ en français et “exhibition“ en anglais…»

Autrichienne scandaleuse, connue et reconnue, née en 1963, féministe libre, pleine d’humour et sans aucune misandrie, Michaela Spiegel a présenté à Paris, en 2008, une exposition remarquée intitulée Le Deuxième sexe et autres. Spiegel s’engage constamment, dans son art et dans sa vie, pour les INDIVIDUS que nous sommes, nous femmes – avant d’être gender-specific.

Et milite pour que les femmes deviennent «capables de choisir leurs propres “role-symbols“, sur des critères personnels, au-delà des sex-symboles ; capables aussi de se débarrasser de leurs attributs et de leurs qualités, pour ne retenir du “deuxième sexe“ que ce qu’elles sont substantiellement: un individu, défini par des marquages culturels et psychologiques, dont il importe, pour l’artiste, de se libérer.»

Vive, intelligente, cultivée, drôle, Michaela Spiegel, alias Emmanuelle Cunt, fait désormais retentir son rire cristallin dans son château que cette amante des jeux de mots et de la dérision a baptisé «Château Lafoutte et Centre Pompadour, laboratoire de néo-féminisme» – Pompidou se retournerait bien dans sa tombe pour admirer les portraits de la châtelaine en son lieu de création! «Oui, un lieu de création, pour MOI d’abord, lieu de travail et de stockage de manies».

Les objets que Michaela crée et ceux qu’elle collectionne pour s’inspirer: «ma collection d’objets vintage, toutes ces vieilles choses que je transforme parce qu’il m’importe de garder les choses en vie – et puis peut-être bien que le Château Lafoutte deviendra, de lieu de création et de collection, de bibliothèque de vieux livres, lieu de rencontres aussi, où je montrerai peut-être, en été 2013, en plein air, le film sur lequel je travaille, une version revisitée d’Emmanuelle avec les paroles de Kant.»

Envie d’aller visiter le château? Écoutez la châtelaine: «Les gens viendront parce qu’ils me connaissent, mais si quelqu’un arrive par curiosité ou par coïncidence, je lui dirai aussi, “bienvenue, venez voir“. Il ne reste plus qu’à le trouver, ce château magique…

Joyeuses Pâques!

Publié dans Les Quotidiennes le 8 avril 2012

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s