Skip to content

Ein Grab für die Farbe Schwarz

octobre 23, 2012

Que devienne les images obsolètes ?
mounir fatmi pose la question avec une sculpture émouvante

A voir dans l’exposition NOIR CLAIR
5 rue de Beauce à Paris
Jusqu’au 10 novembre

Ein Grab für die Farbe Schwarz

Dans Grab für die Farbe Schwarz, mounir fatmi met en bière la couleur noire, posant la question de ce que serait un monde sans cette couleur qui est pourtant celle de l’encre, de l’écriture, du dessin… et en se référant en contrepoint à l’ultime phrase de Goethe, « Mehr Licht » – une phrase qui a inspiré sa grande installation présentée à la Biennale de Lyon en 2011.
Il s’agit aussi pour fatmi d’entreprendre ici une archéologie d’un futur proche. La mort programmée des cassettes VHS, la disparition progressive des images que recèlent les bandes magnétiques de ces cassettes, la fin d’une manière de voir et de montrer le monde – et la tombe comme le lieu par excellence d’archivage et de conservation, comme un ancêtre de ce qu’on appelle maintenant le « Musée ». Il s’agit aussi d’explorer plus avant les liens entre la couleur noire et l’écriture : « la couleur noire représente pour moi avant tout la couleur des écrits, ceux qui sont venus du ciel et qui sont sacrés et ceux qui viennent de l’imagination de l’homme et retracent son histoire. » Nous retrouvons les fantômes si chers à fatmi.

Selon l’artiste, « Notre œil est passé de l’image analogique au numérique, ce qui veut dire la mort aussi de l’idée de la “copie originale“ En mode analogique, la copie avait sa fonction de copie ; elle perdait en qualité à chaque copie et l’original avait dès lors un statut plus important. Mais avec le numérique, l’original a perdu son statut puisque la copie est désormais réalisée à l’identique. »

 

Pour fatmi, la couleur noire représente encore, symboliquement, l’obscurantisme face aux lumières des philosophes, des penseurs libres. C’est la couleur noire de notre mémoire collective, de tout ce que nous aimerions effacer et oublier. Enterrer la couleur noire, pour voir plus clair, pour faire le deuil de ce qui a été vu jusqu’à présent ? Utopie ? Nous écririons alors à l’encre bleue… mais comment réagirait notre cerveau si on en arrivait réellement à supprimer la couleur noire ?

En attendant, les bandes magnétiques de mounir fatmi magnétisent notre regard, nos désirs de voir, des images, encore, et notre pensée aussi. La tombe n’en finit pas, elle semble extensible à force d’élégance, et presque portable…

One Comment leave one →
  1. novembre 1, 2012 15:03

    Bonjour, j’ai écouté votre interview sur la 1ere du premier novembre. Quelle belle façon de voir la vie, et quelle ouverture d’esprit. J’ai beaucoup aimé vous écouter. N’ayant pas trouvé votre adresse courriel pour vous écrire directement, je vous laisse un message sur votre blog. Bien moi personnel, mais c’est déjà cela. Une belle découverte auditive. Bien à vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s