Skip to content

Ocytocine mon amour, touchons-nous les uns les autres!

octobre 27, 2012

L’ocytocine? L’hormone de l’attachement, celle qui fait que les femmes ont envie de tenir leurs bébés dans les bras. Celle qui fait que les bébés ont envie d’être tenus dans les bras. Celle qui explique en grande partie les bienfaits psychiques de l’amour physique. Celle qui fait que les amants ont envie de se revoir, encore et encore ; celle aussi qui explique que quand vous allez chez une esthéticienne, un ostéopathe ou autre thérapeute, vous n’avez plus envie de changer.

Celle qui fait que les liens sociaux sont parfois doux et non pas effrayants… Celle qui fait que je recommande de se toucher – un bras autour d’une épaule, une main sur l’omoplate ou sur le bras, une vraie bise, envers et contre toutes les règles qui veulent que non quelle horreur ce doit être du harcèlement. On ne console pas à distance. Bien-être, calme, sérénité? Ocytocine mon amour…

Et vous savez ce le Docteur Angela Sirigu vient de découvrir – avec un prix à la clef – Que certains autistes, pour lesquels on sait combien les liens, les contacts, sont menaçants, sous l’effet de l’ocytocine administrée en spray nasal, deviendrait capables de regarder leur interlocuteur dans les yeux (alors qu’en général ils regardent la bouche) et donc très probablement de créer des liens productifs et rassurants.

«Mon hypothèse, détaille le Dr Sirigu, est que ces patients disposent de compétences sociales latentes qui ne s’expriment pas car la peur et le stress généré par l’interaction sociale font obstacle. L’ocytocine pourrait faire tomber ces barrières et renforcer le sens du contact social.»

Une découverte qui pourrait être majeure, et pas seulement pour les autistes. Touchons-nous les uns les autres, c’est la science qui nous le dit, à l’âge même du virtuel. J’imagine déjà les distributeurs d’ocytocine à l’entrée des métros… Redevenir “social” c’est-à-dire “associé” à l’autre – au sens le plus large.

Une action “politique” au vrai sens du terme.

Et une vraie bise à vous tous, lecteurs et lectrices!

Publié dans Les Quotidiennes le 26 octobre

One Comment leave one →
  1. novembre 1, 2012 17:03

    Commençons peut-être à distribuer cette belle substance dans les banques, les bourses, les parlements. En plus dans les rédactions de notre presse dite libre, qui si souvent ne cherche pas à toucher, mais à choquer, à affecter ou alors à divertir. Cela voudrait dire que de quelque sorte l’expérimentateur redécouvre sa noblesse et se remet à faire ses expériences sur lui même. Peut-être on pourrait ajouter une dose de LSD, Ayahuasca ou autre. Ainsi les sujets seraient même touché par le divin ou au moins par une imagination bien plus vive et diverse que celle que traîne dans les couloirs des bureaux et salles de réunion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s