Skip to content

Il neigeait en Obamie ce jour-là

novembre 16, 2012

Le lendemain de la réélection de Barack Obama, il neigeait à New York. Certes heureuse des résultats de l’élection, New York ne témoigna pourtant d’aucun triomphalisme, et semblait soudain fatiguée : la délicieuse ouragane Sandy Frankenstorm avait consommé un maximum d’énergie des new-yorkais pour remettre Manhattan sur pied sans attendre, et à peine l’eau s’était-elle écoulée et qu’Obama était élu, voici que la neige faisait à nouveau fermer les aéroports. Un sentiment semblait prévaloir : il faut se remettre au travail. Car comme le dit aussi John Hardy dans Le Temps aujourd’hui même, “tout enthousiasme autour de la victoire de Barack Obama serait rapidement occulté par le problème de la falaise budgétaire”.

Il neigeait donc en Obamie et même les femmes ne manifestèrent pas leur gloire. Pourtant, ce sont bien elles qui ont élu Barack Obama et on ne le dira jamais assez. Les femmes représentent 53% des électeurs aux Etats-Unis et votent en plus grand nombre. En parallèle à cette victoire qui est en grande partie la leur, les femmes vont désormais occuper un nombre record de sièges au Congrès. Le Sénat quant à lui, qui ne comptait que 2 femmes en 1991, comptera désormais 20 femmes sur 100 élus au total. Parmi elles, 17 sont démocrates. La Chambre des représentants devrait compter 76 femmes (contre 73 auparavant) dont 56 démocrates sur 435 élus. Le New Hampshire fait office d’exception : ses quatre élus au Sénat et à la Chambre des représentants sont désormais des élues. Elles vont devoir se mettre au travail !

Au titre des femmes, autre chose encore : voici que démissionne le héros de la CIA. Une femme, deux femmes, trois femmes…
Combien d’hommes politiques remarquables, combien de femmes politiques remarquables, ne devront-ils-elles pas démissionner pour des affaires de cœur, de séduction, d’amour, de sexe ?
La neige ne tombe plus. Quelques commentaires de Français sur le net :
“Un homme qui trompe sa femme, je n’aurais jamais cru que ça existe.” Ou encore :
“Il n’y aurait plus d’hommes politiques en France.”
Remarquez que certains ont pris ce chemin là…

Oui, il faut définitivement se remettre au travail. Nos pays en ont besoin – et c’est un excellent dérivatif.
Remarquez que huit amants à la fois, c’est du travail aussi. Mais je m’égare je le crains… La faute au jet-lag !

Vive Obama ! Vive Michelle ! Vive les femmes ! Vive la neige ! Vives les Quotidiennes, et vive le travail !
Car comme le dit le proverbe américain : “Dictionnary is the only place were success comes before work.”

Publié dans Les Quotidiennes le 15 novembre 2012

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s