Skip to content

Littérature et web 2.0 à la Muse

décembre 17, 2012

L’espace genevois de « co-working » rue de la Muse, Plainpalais, accueillait mardi 20 novembre dernier la remise du prix littéraire Webstory.ch.

La plateforme d’écriture sur internet, lancée lors du dernier Salon du livre de Genève a réussi son pari. Plusieurs « webwriters » bien inspirés ont envoyé leurs textes .14 au total. Ecrits lisibles en ligne.;

« Requiem pour Sandy » Aydan, a reçu le 1er prix Ont été également honorés : Thierry Villon, Camille et Carmen Chamorel.

Helèna Zanelli, la fondatrice du site a réussi, en chef d’orchestre, à mobiliser un jury d’exception des Lettres suisses romandes avec l’écrivain Nicolas Couchepin (pas très web mais très très lettres) Barbara Polla en pool avec Michka Comtesse, artiste peintre et Fanny Arminjon opticienne et grande lectrice.

Après la lecture d’extraits par une souriante Mazala Tajmouati, Barbara Polla, que l’on ne présente plus s’est exprimée (galeriste, médecin,écrivain, chroniqueuse pour de nombreux magazines, notamment sur Les quotidiennes. Elle vient de publier son dernier livre «Tout à fait femme» aux éditions Odile Jacob)

La grande dame genevoise a affirmé combien le texte primé qui traite de l’ agonie était puissant.

Elle s’est ensuite livrée. En effet, elle a évoqué son propre processus littéraire et par là a balisé les pôles de la différence entre un texte de témoignage et une œuvre d’art.

Un jour, sa propre mère lui demanda de l’aider à coucher sur papier ses souvenirs. Et l’auteur-médecin-galeriste-féministe-ancienne politique de nous décrire comment la relation de travail, personnelle entre les deux a évolué. Comment au final de banales anecdotes se sont transcendées en texte littéraire (son premier ouvrage) qui a sublimé la banale mémoire familiale. Par l’écriture.

Elle a partagé –et découvert- les instants de vie de sa propre mère normalement enfouis dans la mémoire. Une porte normalement fermée entre générations fut entre ouverte. Souvenirs de ce Friedrich Dürrenmatt, ami –peintre autant que littérateur- de sa maman elle-même peintre.

Moment fort de sincérité, d’exception. Applaudissements de la salle. Jamais je n’ai entendu si bien énoncé le …processus de création artistique. Reste-il un enregistrement ? Les 10 mn de son intervention furent magistrales.

Problème : après de telles confidences, il était impensable de prendre la parole…C’est donc sur le blog que je termine de ce que voulais dire ce soir là !

J’ai noté que la cérémonie fut classiquement littéraire. Or, n’oublions pas qu’il s’agit d’écriture…sur site web ! La Muse qui met ses locaux à disposition à l’un de ses membres est un espace « net up »dédié aux nouvelles technologies/ nouvelles entrerprises. Tout de même.

(…)

Lire l’article original sur le blog de Sylvie Neidinger

One Comment leave one →
  1. décembre 18, 2012 14:23

    Une grande dame que j’admire et que je respecte beaucoup!!! J’attends avec impatience la sortie de « Tout à fait femme »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s