Skip to content

Construire son corps, manipuler sa vie?

janvier 29, 2013

Martial Cherrier est un constructeur de corps. Du sien, de corps. Bodybuilder, dit-on. Un bâtisseur d’une cathédrale bien particulière dans laquelle il cherche à transcender la réalité et chante pendant des années son hymne à la vie ; un sculpteur, un plasticien, un magicien, qui utilise pour arriver à ses fins – construire son corps comme une œuvre d’art – aussi bien le travail physique intense que la diététique et les médicaments – les drugs, ces “assistants” qui accompagnent toujours les builders en tous genres.

Chimie chamane, alchimie de la transformation, hymne au corps, hymne à la vie, jusqu’à ce qu’apparaisse la fatigue, non pas tant la fatigue physique que la fatigue de chanter cet hymne qui n’a pas su intégrer dès le départ les fausses notes inévitables dans cette course contre le corps, contre le temps, contre le temps du corps. Le corps n’est jamais tout à fait un instrument ; il n’est pas seulement dépendant de son utilisateur ; il ne se laisse pas modeler à la guise de celui qui l’habite sans résister. En l’occurrence, sa résistance à lui, c’est l’effondrement. Effondrement des chairs, effondrement du désir, effondrement de l’image d’une maîtrise parfaite.

Le chaos du vivant

Devant cette autonomie du corps qui vit sa vie envers et contre tout, Martial Cherrier, autrefois sculpture vivante, Mister Los Angeles en 1994 et champion de France de bodybuilding en 1997, se voit pris d’effroi et prend la voie de l’art. “On ne peut pas toujours sculpter son corps,” confie-t-il. La Maison Européenne de la Photographie (MEP), à Paris, expose ses photographies de parties de son corps, les archives de ses “assistants”, des images de papillons fragilissimes dont Cherrier emprunte les ailes pour mieux s’envoler.

Et qui font dire à Jean-Yves Jouannais que «Les papillons sont des insectes holométaboles, c’est-à-dire à métamorphose complète. Ces lépidoptères, à l’égal du bodybuilder transformé en atelier de son propre corps en expansion, ou comme l’intellectuel dépensant son souffle à gonfler une idée jusqu’à la rendre habitable, aspirent à des mutations qui se veulent totales. … jusqu’à accepter le chaos, et non plus l’équation linéaire, comme principe premier du vivant.» Le chaos, c’est, entre autres, la vie autonome du corps. Le corps viande. Martial Cherrier le montre aussi, son propre corps en morceaux, accroché à des crochets de boucher. A la fin de l’exposition, à la fin de l’exploration.

Enfreindre les lois du corps

Ce qui frappe, dans cette exposition qui ne manque pas de tragique, c’est la glorification de celui qui utilise tous les moyens possibles pour modeler son corps à sa mesure comme à sa démesure, qu’ils soient physiques, psychiques, chimiques, alchimiques, chamaniques, ou poétiques. La MEP, au titre de l’art, offre à Cherrier une consécration de ses pratiques en même temps que de son art.

Une consécration qui nous renvoie, entre autres, à Lance Armstrong, lui qui aura mobilisé toutes ses énergies de “tyran” et toutes les chimies pour arriver à ses fins: un corps qui lui obéisse, qui se débarrasse du cancer, qui gagne et gagne encore. Armstrong, comme Cherrier, est un modèle de résistance aux lois du corps, d’hymne au chaos de la vie avec toutes ses fausses notes y compris le dopage, y compris la tyrannie. Pour ceux que la vie ou les hommes éliminent de la course, il devrait y avoir des lieux qui, comme la MEP pour Cherrier, offrent à nos héros en voie d’effondrement à tout le moins un lieu de parole, voire de consécration, hors compétition.

La MEP en Europe, l’émission d’Oprah Winfrey aux Etats-Unis?

Publié dans Les Quotidiennes le 29 janvier 2013

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s