Skip to content

REVUE CRITIQUE DE MODE – FASHION IN WORDS !

juin 7, 2013

Le 24 mai 2013, Barbara Polla a présenté au Colloque FASHION IN WORDS le numéro zéro de la Revue Critique de Mode réalisé avec le soutien et les étudiants de la HEAD Genève

Pour lire le magazine, cliquez ici

La mode ? Comme le disait Anatole France : « S’il m’était permis, dit-il, de choisir dans le fatras des livres qui seront publiés cent ans après ma mort, savez vous celui que je prendrais ? […] ? Non ce n’est point un roman que je prendrais dans cette future bibliothèque, ni un livre d’histoire : quand il offre quelque intérêt c’est encore un roman. Je prendrais tout bonnement, mon ami, un journal de modes pour voir comment les femmes s’habilleront après mon trépas. Et ces chiffons m’en diraient plus sur l’humanité future que tous les philosophes, les romanciers, les prédicateurs, les savants. »

Et l’article de Barbara Polla sur la Présentation de Bruno Roland Bernard, Directeur de la Communication du groupe LVMH :

La HEAD Genève a organisé vendredi 24 mai un fabuleux colloque intitulé “Fashion in words”.
L’idée de Christiane Luible, professeure de la filière mode-design-bijou de la HEAD, à la base de ce colloque, une idée largement partagée, est que la mode et plus largement le design, le bijou, la noble industrie de la beauté ont besoin de mots pour le dire – de plus de mots que jusqu’à présent, de mots théoriques, critiques, analytiques, poétiques.

L’un des orateurs invités, Bruno-Roland Bernard, directeur de la communication du groupe LVMH et chef d’orchestre des Journées particulières, y a présenté la manière “LVMH” de mettre en forme et de transmettre les mots qui parlent de l’exclusivité des maisons du groupe et nous a dévoilé quelques-uns des secrets de l’efficacité de la sa communication. Étonnants pour certains ! J’ai retenu quatre messages principaux. Tout d’abord, les marques sont définies en tant que “Maisons” ; l’inspiration créative vient de l’intérieur des maisons, et n’est pas testée sur le marché avant de s’y rendre. “Certains n’aiment pas un nouveau produit ? Trop créatif ? L’essentiel, ce sera qu’il soit très fortement désiré par d’autres clients, pas nécessairement majoritaires, qui eux le comprennent ou l’aiment”. Ensuite, Bruno-Roland Bernard cite le philosophe François Jullien, qui à propos du luxe affirmait que ce dernier est en lien direct avec l’individu mais que pour exister, il a besoin d’être partagé. D’être partagé avec des mots. Le caviar en 1ère classe sur les vols Air France n’est peut-être pas si délicieux, mais qu’il est bon d’en parler, une fois arrivé à bon port …

Troisièmement, Bruno-Roland Bernard a insisté sur l’importance fondamentale de s’entourer des bonnes personnes : des personnes qui soient capables, notamment, de faire de la vente une vraie cérémonie, et d’expliquer au client avec les mots les plus justes combien l’objet avec lequel il va vivre désormais, quel qu’il soit, va lui apporter de mieux-être. Et finalement, un vrai plaidoyer pour la communication en interne : pas d’agences de communication, de presse, pas de délégation à l’externe : la communication des marques – des Maisons donc – se fait en interne par ceux qui savent les mots justes : ceux qui ont germé au coeur même de ces Maisons.

Les “bons mots” donc, pour réaliser dans une durée un peu plus longue le titre du livre de Franco La Cecla : La mode rend heureux – pour une demi-heure au moins.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s