Skip to content

Le voleur et le Boli

juin 11, 2013

Boli_Taiss

Quelqu’un, quelqu’une, est entré hier après-midi chez moi avec des gants et a tout mis sans dessus dessous – sans rien voler ou presque si ce n’est mon médaillon avec la photo de mon père. L’or, plus que mon père, me dit l’experte en traces.

Le Boli, lui, n’a pas été volé. Le Boli ? Objet traditionnel et cultuel de la culture Banama au Mali occidental (Banama, de Ban « refus » et Mana, « Maître », donc « ceux qui ont refusé d’être dominés »), le Boli, dans cette culture, permet de canaliser, emmagasiner et contrôler l’énergie vitale. A la fois mystérieux et conceptuel, le Boli est réalisé selon une symbolique et un rituel complexes, avec une alliance de fragments de matières essentielles : bois, écorce, feuilles, terre, cuir, fils de coton, os, poils, griffes, crocs, sang et d’autres parties encore du corps animal ou humain, tel le placenta. La forme du Boli est difficilement identifiable : d’aspect zoomorphe, il ne fait référence à aucun animal en particulier.

L’artiste Joanna Malinowska a créé, entre autres, une famille de Boli. Je ne trouvais plus cette merveilleuse pièce… Elle était sous mon armoire. L’intrus/e invité/e a eu vite fait de trouver et d’éventrer le carton. La mère de famille Boli souffrira d’une patte cassée, laquelle patte je retrouverai dans une de mes guêpières.

Malinoswka reprend à son compte les paroles de Warren Shapiro : « Presque tout acte culturel a ses racines dans l’espoir vain de nier le fait que nous sommes des êtres charnels. »

« Ce que je trouve fascinant dans le fait d’étudier d’autres cultures, dit encore l’artiste, qui nous invite à considérer la dialectique identité – altérité comme périmée et à chercher dans notre répertoire culturel des situations d’un au-delà, c’est le sentiment de relativité que j’en retire, une relativité cosmique qui me dit que rien n’est définitif. »

Je me demande encore qui a bien pu me laisser ce message : rien n’est définitif, aucune chose, même pas le Boli perdu retrouvé. Le Boli, lui, me dit que peu importe une jambe cassée et peu importe le médaillon, seule compte la recherche de situations au-delà de l’identité et de l’altérité.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s