Skip to content

Regarder et Voir : VIDEOINSIGHT

juillet 24, 2013

Rebecca Russo est une femme d’exception. Et comme vous l’avez constaté, j’aime parler des femmes d’exception avec qui j’ai le bonheur d’interagir. Artistes, journalistes, femmes de tête et femmes de cœur, vous toutes… Rebecca, elle, a inventé l’utilisation de la vidéo d’art dans la prévention, le diagnostic et les thérapies de maladies psychiques ou psychosomatiques. Psychothérapeute, elle a vu des patients pendant des années, les a accompagnés, les a éclairés. Désormais, elle se consacre à la recherche : c’est d’art et de science qu’il s’agit maintenant. De nombreux programmes sont en cours d’évaluation en Italie, en orthopédie notamment. La recherche s’étend à l’international. La vidéo qui aide à guérir après une opération du genou, du poignet, de la hanche ? Eh oui… Le Rorschach du XXIème siècle a vu le jour. La “Art and Science Videoinsight® Foundation” est créée, en 2013, il y a à peine quelques mois (videoinsight.it).

Le goût de Rebecca Russo pour les liens entre art et science nous rapproche évidemment, elle et moi – mais aussi son goût pour la provocation douce. La voici dans son espace d’exposition, qui fut autrefois sa salle de consultation. Rebecca Russo n’a pas seulement inventé Videoinsight – elle est aussi une spécialiste tous horizons de l’art contemporain. Et la voici qui propose une grande exposition d’art indonésien. Avec, entre autres, Gede Mahendra Yasa. Regardez les images : Luciana devant les tableaux qu’elle expose dans son espace.

Et elle écrit (extraits)

“Un portrait.
Un autoportrait.
Un homme nu.
Son corps.
L’artiste.
Son visage avec la cigarette allumée à la bouche.
Est-il en train de fumer sa vie ?
Il dort.
Il lévite.
L’artiste cherche un ancrage dans la réalité mais ne le trouve pas.
La seule voie possible semble être celle de l’autoérotisme.
La fuite dans la relation à son propre plaisir.
La puissance érotique comme énergie vitale.”

Une femme libre – une psychothérapeute, une experte de l’art contemporain, une auteure, une âme de poète aussi – nous montre, nous fait voir, ce que Tracey Emin appelait “Beautiful Penis” et Sarah Lucas “The King”. Deux termes qui sont aussi le titre de deux expositions que j’ai proposées à Paris et Genève en 2012. Impossible de ne pas collaborer à l’avenir ! La suite, bientôt. Dans les Quotidiennes, bien sûr !

Publié dans Les Quotidiennes le 22 juillet 2013

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s