Skip to content

Je me souviens… du Nouveau Quotidien aux Quotidiennes!

septembre 12, 2013

Blondes en campagne, avec cloches : votez pour elles !

Blondes en campagne, avec cloches. © DR

Je me souviens… J’avais quarante et un ans quand je suis entrée au Conseil municipal. Deux ans plus tard: ma première candidature à la députation, à Genève. Ce fut un été formidable, passé à parcourir le canton, à rencontrer des gens, à écouter, à apprendre…

C’était il y a vingt ans. Et je retrouve aujourd’hui, candidate à cette même députation, également pour la première fois, ma jeune amie Bénédicte Montant. Tant de points nous lient que le flash-back est immédiat. Blondes, mères au travail, députées. Bénédicte en effet est mère de trois filles et elle sait tout autant les affres de leur adolescence que l’extraordinaire liberté, la toute nouvelle disponibilité qui nous arrivent avec le départ de ces filles chéries. Vite, utiliser cette liberté, au mieux! Mais comment?


Bénédicte Montant and Co sur le chantier de la RTS, boulevard Carl Vogt. © DR

En s’engageant. Bénédicte, dans son travail d’architecte, s’est vue si souvent confrontée avec un appareil législatif trop rigide qu’elle a souhaité s’engager pour l’adapter aux exigences d’aujourd’hui et de demain, aux exigences de ceux qui bâtissent comme de ceux qui habitent dans ce paradis sans nuage que pourraient être Genève et la Suisse tout entière, avec juste un peu de bonne volonté en plus. Active, autonome, passionnée par son métier, elle cherche constamment à s’améliorer, convaincue que les années qui passent nous rendent meilleures et plus compétentes. Convaincue aussi que nous, femmes, ici et aujourd’hui, faisons notre place grâce à nos compétences. Et rien d’autre. Dans son bureau d’ailleurs, elle a engagé une majorité de femmes. Et sur les chantiers, elle est avec des hommes, et des femmes aussi. Et visiblement cela la fait bien rire… Ah – et la beauté? Elle essaie de la faire oublier, parce que les femmes qui plaisent ont toujours envie qu’on les reconnaisse pour autre chose que pour leur physique. Et les autres femmes? Bénédicte aime beaucoup (la blonde) Simone (de Montmollin). Et Aung San Suu Kyi, bien sûr, l’engagement et le courage absolus.

Je me souviens… J’avais quarante et un ans quand Le Nouveau Quotidien m’a demandé: qui est la femme politique la plus importante pour vous? Et j’ai répondu: Martine Brunschwig-Graf. Aujourd’hui nous écrivons toutes deux dans les Quotidiennes… Les voies de la politique sont impénétrables.

Publié dans Les Quotidiennes le 10 septembre 2013

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s