Skip to content

Distinctions, honneurs, succès et autres

octobre 30, 2013


Vittoria Matarrese, Frédéric Mitterand et Jean de Loisy.

Certain/e/s se sentent honoré/e/s de devenir chevaliers de l’Ordre des Arts et des Lettres, décoration honorifique française gérée par le ministère de la Culture qui récompense « les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde. » Delphine de Candolle, par exemple, directrice de la Société de Lecture de Genève, honorée en raison de son engagement au service de la culture de la France, en fut très heureuse et partagea avec fierté cet honneur avec ses collaborateurs et les bénévoles de la Société de Lecture. Pierre-Marcel Favre s’en fit une vraie fête. Denis Martin reçut sa décoration en son restaurant de Vevey… célébration de la cuisine française – et donc de la culture !

D’autres critiquent avec véhémence ce type de décoration – souvent d’ailleurs, alors qu’elles ne leur ont pas été proposées. Ou alors, comme Léo Ferré, refusent farouchement d’être ainsi « distingué ».

Vittoria Matarrese, une de ces femmes formidables dont vous savez que j’aime parler, actuelle responsable des événements au Palais de Tokyo à Paris, aux côtés de Jean de Loisy, fut récemment « décorée » par Frédéric Mitterand. Architecte de formation, passionnée de cinéma, elle devient rédactrice en chef de « Les yeux dans l’écran », émission hebdomadaire consacrée au cinéma sur TV5, et en 2009 elle est nommée directrice artistique à la Villa Médicis à Rome par le même Frédéric Mitterand. Au Palais de Tokyo, elle a géré l’incroyable « entrouverture » de 2012, 30 heures d’évènements multiples, 250 artistes impliqués et 56 performances produites… dont une célèbre conférence, à 01h du matin, intitulée « Beautiful Penis », et donnée par votre chroniqueuse bien entendu !

Paris vaut bien une messe ? Mais surtout, chaque succès de femme est aussi notre succès, à nous toutes. Les succès alors se potentialisent et nous ne nous en sortons plus, de tous ces succès… à moins que nous ne décidions, comme Léo Ferré, que nous sommes bien au-delà de toute distinction accordée, attribuée, et même méritée ! Qu’en pensez-vous ? Moi, je suis pour. Je trouve qu’un honneur est un honneur, et que nous pouvons tous les accepter, avec grâce, comme Delphine de Candolle, comme Vittoria Matarrese, et comme toi et toi et toi…

Publié dans les Quotidiennes le 24 Octobre 2013

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s