Skip to content

Epiphanie à Epecuen

janvier 9, 2014

IMG_2001[3]
Ali Kazma et Barbara Polla à Epecuen, © Ali Kazma

Début d’année, souvenirs… Qui se souvient de Epecuen ? Une petite ville à 500 km au sud ouest de Buenos Aires, qui fut, au bord du lac salé d’Epecuen, jusqu’au 10 novembre 1985, un haut lieu du tourisme argentin : baignades, santé, beauté… Les thermes d’Epecuen étaient réputées. Sur les cartes postales d’alors, elles semblent d’un autre temps.

Le 10 novembre 1985, une digue sauta, et la ville commença à être envahie par l’eau… Elle fut bientôt recouverte par le lac, et resta là, tapie sous l’eau, pendant vingt cinq ans. Jusqu’à ce que, par l’un de ces mystère de la nature que nous considérerions volontiers comme un caprice du temps, l’eau du lac baisse et se retire et laisse en plein jour les ruines d’une cité qui ne fut pourtant bombardée que par le sel. Les arbres blancs, sans vie, sans feuille ; l’odeur de soufre, étouffante parfois ; des bancs entiers de flamands roses, les balançoires de ce qui fut l’aire de jeu à même le sable mouvant du bord du lac ; les deux hôtels principaux montrant encore l’une ou l’autre chambre éventrée… Etrange vision. Les habitants sont partis ailleurs, à Caruhé, la prochaine ville balnéaire, sauf un homme, Pablo Novak. Je ne l’ai pas vu, mais il doit être tout blanc, lui aussi…

Ce que je fais à Epecuen ? Je suis, dans le tournage de l’une de ses vidéos, l’artiste turc Ali Kazma, qui a passé presqu’un mois à parcourir l’Argentine en moto. Vous voulez voir ? Venez le 20 février au MAC à Lyon (au Musée d’Art contemporain de Lyon), pour la première exposition consacrée à la moto et à l’art contemporain : MOTOPOETIQUE ( http://www.mac-lyon.com/mac/sections/fr/expositions/2014/motopoetique/motopoetique/ ), une exposition dont j’ai l’honneur d’être commissaire associée. Dans la vidéo d’Ali Kazma, intitulée 5541, vous verrez même quelques images d’Epecuen !

498770-epecuen-argentine[2]
© Mariano Perez

En attendant : épiphanie.
Que chaque matin de 2014 soit une épiphanie, avec la joie quotidienne que nos villes ne soient pas englouties par nos lacs ni nos vies par le sel !

A lire également sur http://www.lesquotidiennes.com

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s