Skip to content

Pensées d’Australie

juillet 22, 2014

Sydney est à l’autre bout du monde. C’est l’hiver, il fait nuit noire à 17h, les vagues de l’océan grondent, en furie, admirables. Shaun Gladwell, l’artiste pour qui je suis ici, m’a amenée à Bondi, et c’est en regardant les vagues que nous parlons de son expérience en tant qu’ “Australia’s Official War Artist” en Afghanistan et au Moyen Orient. Je suis ici, notamment, pour comprendre son travail d’ “Artiste de Guerre”- un sujet brûlant s’il en est.

L’art – un remède quand le sentiment d’absurdité, d’impuissance et de révolte est trop grand, comme en ce moment quand je pense à la guerre, quand je lis les nouvelles qui m’arrivent à chaque instant, comme à vous ? Non, pas un remède, je ne crois pas, mais une manière de considérer les choses sous un autre angle. Quand je ne sais pas comment m’y prendre, pour intégrer la réalité et mes rêves du monde, j’ai besoin de cet autre angle. Lire, notamment, m’aide à retrouver la voie de la réflexion sur le chemin de la révolte.

Lire Victor Hugo. L’homme-Océan. Victor Hugo qui s’est opposé à la peine de mort au prix de et pendant son exil ; Victor Hugo qui affirme que “L’inviolabilité de la vie humaine est le droit des droits ». Victor Hugo encore qui écrit que “Les peuples ne doivent jamais désespérer. Aucune société n’est irrémédiable, aucun moyen âge n’est définitif.” Et qui s’exprime ainsi, en septembre 1869, à Lausanne, au Congrès de la Paix :

“La première des servitudes, c’est la frontière. Qui dit frontière, dit ligature. Coupez la ligature, effacez la frontière, ôtez le douanier, ôtez le soldat, en d’autres termes, soyez libres ; la paix suit. Paix désormais profonde. Paix faite une fois pour toutes. Paix inviolable.
État normal du travail, de l’échange, de l’offre et de la demande, de la production et de la consommation, du vaste effort en commun, de l’attraction des industries, du va-et-vient des idées, du flux et reflux humain.

Donc, allons au but, que j’ai appelé quelque part la résorption du soldat dans le citoyen. Le jour où cette reprise de possession aura eu lieu, le jour où le peuple n’aura plus hors de lui l’homme de guerre, ce frère ennemi, le peuple se retrouvera un, entier, aimant, et la civilisation se nommera Harmonie, et aura en elle, pour créer, d’un côté la richesse et de l’autre la lumière, cette force, le Travail, et cette âme, la Paix.”

 

Capture d’écran 2014-07-22 à 09.43.02

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s