Skip to content

Recherche “protectrice” ? Médecine sexiste !

juillet 24, 2014

La médecine est sexiste, titre le Parisien. Mediscoop se délecte. La grande presse réalise enfin que sauf cibles exclusivement féminines (ovaires, ménopause, grossesse), le sexe féminin est sous-représenté dans les études de laboratoire comme dans les études cliniques. Et qu’il en résulte des inconvénients pour les femmes, qui se retrouvent avec des médicaments moins bien adaptés, moins bien étudiés et moins efficaces que les hommes. Inconvénients qu’il y a lieu de corriger au plus vite !

En réalité, ce type d’inconvénients sont connus depuis longtemps, mais volontairement dissimulés par certains doctrinaires qui préfèrent systématiquement la protection de la femme plutôt que son autonomie, et qui refusent de regarder certaines réalités jusqu’à ce que les effets secondaires d’une telle attitude se révèlenet enfin au grand jour.

Dans Tout à fait Femme, j’abordais déjà cette question :

Sournoise protection

Combien de fois n’aurons-nous pas entendu, ces dernières décennies, que « Les femmes doivent être protégées. » Un sentiment, une assertion, pleine de bonnes intentions, qui nous rassure, nous réconforte. Mais la protection – même si elle est parfois essentielle, inévitable, à certains moments du chemin entre la barbarie de la lapidation et la liberté dont nous bénéficions désormais – est peut-être aujourd’hui la plus sournoise des barrières contre l’autonomie.

Et pourtant, dans cet Occident libre, malgré l’Histoire qui nous a précédées et libérées, nous sommes encore loin d’oser affirmer notre autonomie avec l’indispensable constance dont elle a pourtant besoin. La société ne nous pousse guère dans ce sens, ni le GPS (le Grand Plan Social). Tous deux préfèrent, en général, nous savoir protégées plutôt qu’autonomes : les femmes protégées semblent plus « convenables », plus faciles à gérer socialement parlant. La protection comporte moins de risques que l’autonomie. L’autonomie suppose constamment le changement ; la protection stabilise. C’est ainsi que les lois de protection pullulent, dans l’Hexagone comme ailleurs, le plus souvent inefficaces d’ailleurs.

Car la protection n’est bonne que pour celles – et ceux – qui en ont besoin. Pour les autres, elle pèse lourd, très lourd, et se paie très cher dès qu’il est possible de s’en passer. Personnellement, j’estime que le plus souvent, nous pouvons désormais, ici et maintenant, nous passer de protection. Alors n’hésitons pas un instant de plus à refuser systématiquement toute proposition, toute position de protection : cette position-là n’est pour nous que repli.

Deux exemples parmi les mille autres des dangers très réels de la dite protection réglementaire ou légale, et de sa perversité potentielle.

Le premier exemple, réglementaire, paradigmatique s’il en est : la protection des femmes contre les possibles effets secondaires de la recherche médicale. Sous prétexte de protéger les femmes, les femmes enceintes en particulier, contre les risques potentiels de médicaments à l’étude, nous n’avons le plus souvent que très peu de données, voire dans certains cas aucune donnée sur les effets de certains médicaments sur les femmes. La volonté de protection contre les risques de la recherche met finalement à risque les femmes qui devront un jour bénéficier de traitements qui n’auront été expérimentés que sur des hommes. Les données obtenues chez les uns sont-elles concluantes pour les autres ? Rien n’est moins sûr.

Les études récentes reprises entre autres par Science et Vie et par le Parisien prouvent désormais le contraire.

Alors, autonomie – ou protection ? Dans notre situation actuelle de femmes occidentales, l’autonomie est bien souvent la meilleure des protections.

 

Capture d’écran 2014-07-24 à 11.51.38

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s