Skip to content

Si mon père n’avait préféré Barbara, ma mère m’aurait appelée Brigitte…

août 22, 2014

RMC screenshot 22 08

Chez Brigitte Lahaie, mardi 19 août, j’ai été particulièrement intéressée par le mail très fin d’une jeune femme de 27 ans, Florence, qui parlait de sa conception du couple et de la fidélité. Elle disait, en résumé, qu’elle et son compagnon avaient chacun leur vie, chacun leurs relations, mais qu’il y avait un lieu où ils n’introduisaient aucune autre personne, en l’occurrence, “la maison”. Ce concept du lieu, réel ou symbolique, réservé à une personne unique, à une interaction particulière et spécifique, m’a semblé très beau, et prometteur de réelle liberté – et d’un vrai secret. Plus je réfléchis à cette question, de la fidélité-infidélité, plus je me dis que “tromper” – un concept que j’aimerais définitivement abolir en fait – mais tant qu’il résiste, alors je dirais, oui, que tromper c’est ne pas aimer, ou ne plus vraiment aimer. Tant qu’on aime celle ou celui qu’on aime, quel mal un autre amour peut-il faire à celui-ci ? L’enrichir peut-être…

Pour écouter l’émission, cliquez ici.

Et pour plus d’informations, cliquez ici.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s