Skip to content

Cafés littéraires de Montélimar – Ornela Vorpsi et Barbara Polla

octobre 6, 2014

Ce samedi 4 octobre, Ornela et moi devions être ensemble à Montélimar, au Château des Adhémar, pour parler de son travail littéraire.

OV et BP

Ornela n’a pas pu venir, appelée d’urgence à Milan pour des raisons familiales ; c’est difficile et très beau aussi de présenter les œuvres d’un auteur qu’on aime, qu’on suit, qu’on lit…

“Je suis sortie de l’hôpital les mains vides : mais, comme par un effet de compensation, j’avais à présent des seins, de petits seins qui me faisaient mal et changeaient ma morphologie. Et puis, un sang d’une étrange consistance a mouillé l’intérieur de mes cuisses. Si j’ai ressenti une telle désolation, c’est que ce sang n’était pas aussi éclatant que celui des partisans morts pour la patrie. Mes idéaux n’étaient-ils pas à la hauteur ? Et si j’en versais trois ou quatre gouttes sur la neige blanche, deviendrait-il plus rouge” (Extrait du Pays où l’on ne meurt jamais )

“Dieu Ganesh, montre-nous combien le monde est grand. Dieu Ganesh se lève, marche doucement et fait un cercle autour de sa mère. Le cercle fermé, il dit : Voilà combien le monde est grand.” (Exergue de Tu Convoiteras)

Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain. Mais il n’est dit nulle part : tu ne convoiteras pas l’homme de ta prochaine. La réponse d’Ornela Vorpsi : Tu convoiteras !

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s