Skip to content

Barbara, Move on !

décembre 24, 2016

 

capture-decran-2016-12-24-a-18-43-37capture-decran-2016-12-24-a-18-43-02

On est là au cœur de votre démarche, traductions, relations, polysémie…vous dépassez les barrières, les préjugés, vous faites l’éloge de la libido créatrice.
Exactement. C’est là où nous nous sommes rejoints avec Dimitris Dimitriadis qui dit « Je bande, donc je suis prêt à créer. » Cette libido créatrice est une facette de la libido de vie, l’homme debout, l’homme qui marche, l’Homo erectus, l’homme et la femme.

Il y a aussi dans ce livre des implications sociétales entre hommes et femmes très importantes. C’est l’un de mes messages depuis longtemps.
J’ai fait ce test, j’ai demandé à cent personnes « Violence sexuelle, qu’est ce que vous voyez ? » 99 personnes voient un homme qui agresse une femme. Il y a là, pour moi, un a priori qu’on retrouve dans toute éducation. Qu’est-ce qu’on dit à une fille de 12, 13, 14 ans qui sort pour la première fois ? Avec les meilleures intentions du monde, on lui dit « Fais attention. » Ce qui veut dire qu’au lieu d’aller à la rencontre de l’autre dans la plus grande joie, elle doit le considérer comme un prédateur, ce qui signifie qu’elle est une victime potentielle. Ce message, on le donne aussi bien aux garçons qu’aux filles.

Les comportements des uns et des autres sont conditionnés.
Exactement. Alors imaginez qu’on dise aux petits garçons « Ce que tu as là entre les jambes, c’est fait pour donner du plaisir et pour donner la vie. » Pas forcément ensemble, ce n’est pas un message catholique. Ça changerait tout, comme le fait que les femmes osent dire leur désir, osent affirmer la beauté de l’érection. Le côté prédateur se déferait de lui-même.

Ce conditionnement en victime ou en agresseur rejaillit bien au-delà de la sexualité sur toute l’organisation de la société à tous les niveaux de relation, du travail…
Je connais la réalité. Une femme meurt tous les deux jours en France de violence domestique malgré tout ce qui a été tenté pour changer cette situation que j’aimerais rêver de changer par cet autre biais. Il s’agit de prendre les choses à rebours et de dire à l’autre qu’il est magnifique. Que les femmes n’accaparent pas la possibilité de donner la vie, que les hommes y participent aussi.

Ce livre et ma démarche constituent un message de paix.



Pour accéder à l’intégralité de l’article sur le site de Move On Magazine, cliquer ici.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s