Skip to content

Magnifiques !

mars 1, 2017

Magnifiques ! Nous sommes toutes et tous magnifiques, nous tous qui écrivons et lisons ce blog, vous tous mes amis et amies, vous êtes des personne exceptionnelles, belles, intelligentes, subtiles, puissantes, sexy, et tous ensemble magnifique et magnifiques nous célébrons la Journée mondiale du Compliment ! En commençant par soi-même, ne l’oubliez pas, regardez vous dans ce miroir que m’ont offert mes filles et lisez à voix haute oh comme tu es jolie que tu es belle tu es resplendissante tu es délicieuse… je te trouve si éblouissante … et puis répétez le à chaque personne que vous croisez aujourd’hui et vous verrez !

capture-decran-2017-03-01-a-16-38-54

Et j’ai écrit un livre formidable que cette merveilleuse Carine Bovey a chroniqué sur Trajectoire !
Vous allez en entendre parler tous les jours désormais… enfin dès sa sortie, pour la Journée Mondiale de la Femme (après la Journée du Compliment, celle ci s’impose !), le 8 mars donc.

capture-decran-2017-03-01-a-16-41-24
« Dans Femmes Hors Normes, Barbara Polla définit son concept d’«autonormie» comme une valeur essentielle d’épanouissement personnel – essentielle pour chacun/e de nous mais plus encore pour les femmes, trop souvent contraintes par des normes restrictives et prohibitives. L’autonormie suppose le refus des normes établies par les autres, par la société, le capitalisme dictateur, la bienséance, les us et les mœurs, et leur remplacement par nos propres normes d’existence. Le «hors normes» est un concept de déplacement horizontal et non vertical: il s’agit de sortir du cadre donné s’il ne nous convient pas et de nous définir nous-mêmes, pour notre propre équilibre et bonheur, au quotidien; il ne s’agit pas d’être «exceptionnelle» mais d’assumer notre unicité, notre «irremplaçabilité» comme le dit Cynthia Fleury. Barbara Polla définit également le concept de «hiérarchie de soi», qui devrait remplacer la hiérarchie sociale habituelle. Elle critique les stéréotypes les plus acceptés: de la notion de succès à celle de super-women, de la maternité comme obligation à la vieillesse comme déréliction et fait l’apologie du plaisir sexuel féminin, de la solitude aussi, du genre comme choix et non comme norme et de la désobéissance comme apprentissage d’un «ordre moins le pouvoir». »

 

Lire la suite, ici.
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s