Skip to content

Chemins de liberté et miroirs de vérité, par Marie-Laure Desjardins

décembre 18, 2017

©Abdul Rahman Katanani

A Paris, Barbara Polla vient de publier Femme hors normes. Dans ce livre, elle définit le concept d’« autonormie ». Pour l’auteure, la première des libertés à conquérir est celle de l’être, contraint non pas par les lois nécessaires à la bonne gestion d’une vie en société mais par les normes, ensemble de règles édictées par l’éducation, la religion, la culture… Tout ce qui n’est pas répréhensible d’outrepasser, mais ne l’est que rarement, tant chacun les vit comme une partie intrinsèque de sa personnalité. « Je respecte les lois du pays dans lequel je vis, mais pas forcément les normes qui y prospèrent. Créer les siennes propres, c’est entrer dans son espace de liberté. Chacun de nous peut le faire, même si c’est difficile. Une fois lancé, la peur qui présidait au départ est largement compensée par l’extraordinaire énergie reçue du fait de s’approcher au plus près de soi. C’est un travail au quotidien, une discipline de tous les jours. Mais ce faisant, il est possible d’accueillir l’autre. Ce qui est bon pour moi devient alors bon pour l’ensemble de la société. Ce livre est né du travail que je fais avec les artistes et notamment les femmes qui, pour créer, doivent sortir de la norme. » Si dans le milieu de l’art, Barbara Polla est connue comme galeriste, il faut noter qu’elle est aussi médecin et mère de quatre filles, fut chercheure et aussi élue durant 12 ans dont quatre en tant que députée en Suisse, son pays natal. « Il est impossible de créer sans sortir d’une manière ou d’une autre de la norme donnée par la société. L’art qui m’intéresse doit être une expression de l’authenticité de l’être. Pour cela, il ne doit pas se laisser enfermer. Les prisons les plus solides sont probablement celles que nous construisons dans nos têtes. » Si l’art oblige à s’affranchir des normes pour s’inventer, il s’attaque aussi souvent aux règles de la société organisée. Il lève le poing. Il ne s’agit pas toujours de renverser le pouvoir en place, mais d’alerter sur ses dérives et lutter contre ses abus ou conquérir de nouveaux droits, de nouvelles libertés. « J’ai été élue avec la volonté de défendre toutes les libertés. Puis j’ai décidé de me consacrer entièrement à l’art sans penser que je défendrais particulièrement de l’art politique. Mais les œuvres qui m’ont attirées le plus ont une composante politique forte. Je pense notamment à celle de Mounir Fatmi, avec lequel je travaille très intensément depuis 2011. Nous avons déjà fait cinq expositions personnelles ensemble. La réflexion politique de Mounir Fatmi est constante. Elle m’attire, m’intéresse, me permet de creuser dans l’œuvre, de communiquer ses messages à la fois esthétiques et politiques. » L’artiste, qui incite sans cesse à la rencontre interculturelle et dénonce tous les obscurantismes, a dû faire face plusieurs fois à la censure.

©mounir fatmi

On se souvient qu’en 2012, Technologia avait été retirée de l’espace public à Toulouse car jugée « blasphématoire », que Sleep avait été censurée par l’Institut du Monde arabe la même année, et que la vidéo Sleep Al Naim avait été écartée par la Villa Tamaris en 2015. Qu’il s’attaque aux lois ou aux normes, l’art est un antidote contre tous les types d’oppression. Mais posons la question pour la seconde fois : peut-il être efficace face aux pouvoirs ? « L’art doit être l’art. Mais en réalité, tout art est politique. A partir du moment où l’on regarde vraiment une œuvre, qu’on entre à l’intérieur d’elle, elle nous transforme. Quand bien même l’art ne change que celui qui le regarde, cela change le monde. Même si ce n’est pas son ambition », affirme Barbara Polla.

 

Pour en lire plus surLogo Arts Hebdo Médias, cliquer ici.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s