Aller au contenu principal

J’ai ce privilège incroyable…

mai 9, 2018

D’être entourée de gens formidables, qui font, qui pensent, qui partagent, qui me donnent à voir, à lire, à penser, à aimer le monde…

Les artistes bien sûr. Frank Smith dont je montre le travail à Genève, les « 50 cinétracts + 1 ». Nous avons visionné ce midi Fin de mots au Château de Penthes, les spectateurs présents avaient tous les larmes dans les yeux et le cœur après la projection de ce film aussi sobre que poignant, aussi terrible que poétique. Merci Frank.

Frank Smith qui a écrit l’introduction de IVORY HONEY et viendra la lire au Silencio mercredi 16 – en présence de tous les artistes – et si ce n’est les artistes, leurs vidéos ! – qui m’ont inspirée pour ce premier recueil de la poétesse en herbe que je suis, Ursula Biemann, mounir fatmi, Abdul Rahman Katanani, Guendalina Salini – et Julien Serve bien sûr, dont les images accompagnent mes chansons – et Robert Montgomery, le poète-plasticien-éditeur qui publie my songs @ New River Press.

Et ceux qui vont venir lire à mes côtés : Laurie Hurwitz, Abdul Rahman Katanani, Jean-Philippe Rossignol, Frank encore.

Et Paul Ardenne, « conseiller culturel » pour VIDEO FOREVER, entre autres, et à Nicolas Etchenagucia – même s’il part en Afrique du Sud pendant dix jours pour un projet vidéo encore confidentiel, il revient le matin même du 22 mai tout exprès pour la prochaine séance de cette utopie concrète que nous portons tous trois ensemble à bout de bras depuis plusieurs années.

Et toutes celles et ceux qui suivent et soutiennent cette utopie-là et tant d’autres auxquelles je me consacre : la liberté – avec mes expositions Art & Prison, notamment celle du Château de Penthes – ou encore SHARING PERAMA (un grand merci à celles et ceux qui ont déjà contribué) …

……………………………………….

ON SE VOIT DEMAIN PAR HASARD ?

Ici ou ailleurs

MARDI 22 MAI À 19H
VIDEO FOREVER 35 *RÉSISTANCES À LA MARGE*
22 rue Visconti, 75006, Paris

Dans le cadre de l’exposition TALKING ABOUT A REVOLUTION, conçue par Paul Ardenne, Visconti22 et VIDEO FOREVER ont le plaisir de vous inviter à la projection
VIDEO FOREVER 35 *RÉSISTANCES À LA MARGE*

L’artiste, la solitude, la résistance

Avec des vidéos de Volkan ASLAN, Daniel BEERSTECHER, Regina Jose GALINDO, Ali Kazma, Luc MATTENBERGER, Frank SMITH, Alicia MERCY, Guendalina SALINI, Sarah TROUCHE, Tabita REZAIRE & Miguel Angel RIOS.

Solitude et résistance ne font pas forcément bon ménage, la résistance efficace est plutôt du côté du groupe, de la phalange organisée. L’artiste, sauf à opter pour la création en collectif, ou de nature participative, est le plus clair du temps un ouvrier isolé ou qui peut le devenir, emporté dans et par sa propre expérimentation créatrice, parfois bientôt muré en elle, retranché dès lors de la sphère de l’activisme social.

Une résistance solitaire est-elle possible ? La création vécue comme résistance à l’ordre établi, quel qu’il soit, est-elle soluble dans les grands mouvements d’opposition politiques ou éthiques ? Le créateur est porteur d’une « micropolitique », or celle-ci peut-elle être efficace au-delà du cercle restreint de sa propre personne ?

Toute création d’essence artistique est une « résistance » si l’on admet que créer, c’est changer l’ordre du monde. C’est parce que le monde n’est pas celui que nous attendons que nous y ajoutons une création de notre main. En cela, créer c’est résister au monde tel qu’il est, en le modifiant par l’apport de l’œuvre d’art. Il est bien entendu, ici, qu’on désigne une « résistance » qui est d’abord intime avant d’être sociale. L’œuvre d’art, ici, signe ma capacité à ne pas me laisser submerger par la réalité et, de concert, elle témoigne de la prise que je puis avoir sur cette dernière, dont, dans cette réalité générale, ma propre réalité.

Solitude donc plénitude. La création solitaire, c’est-à-dire voyant l’artiste développer en lui-même son projet artistique, est un facteur garant de plénitude, prodigue d’un état de bienfait ou de bonheur que les créateurs connaissent bien. Créer est difficile, épuisant souvent. La dynamique créative et la pulsion à la plénitude, cependant, motivent l’existence, satisfont le désir, épanouissent le vouloir-vivre, transportent le corps à la manière de la passion amoureuse, avec le même élan positif. Cette dynamique créative est un projet, elle tend à une concrétisation de l’œuvre d’art qui est pour le créateur un témoignage de son potentiel accomplissement vital. Résister, en fait, se vit d’abord en solitude. En se donnant à soi-même, à ses inflexions propres et à ses tensions intimes dans un élan de désir.

Avant de résister à quoi que ce soit, en fait, le créateur artistique doit se donner sans résistance à son projet. Si désir de résistance il a, ce désir ne saurait s’exaucer et se satisfaire sans le préalable du don de soi à soi. De la micropolitique vers la macropolitique, en somme, et pas le contraire.

Présentation de Paul Ardenne, Barbara Polla & Nicolas Etchenagucia
Réservation auprès de barbara.s.polla(a)gmail.com.
Remerciements à Prometeo Gallery.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.