Aller au contenu principal

Bimbo ?

septembre 3, 2018
Guillaume de Sardes vient d’exposer une série de photographies à Analix Forever, première présence à Genève ; je rencontre Agnès Giard au Remor à Genève quand elle n’est pas à Paris ou au Japon. La seconde publie un formidable article sur le premier, dans Libération. Ils sont tous deux des inspirations pour moi.
Bimbo : c’est mon choix ?

«La Bimbo a choisi une carrière d’objet sexuel. C’est équivalent américain d’une geisha parce que, contrairement à ce que les gens croient, cela demande énormément d’efforts pour devenir une bonne Bimbo.» Dans une vidéo d’art dérangeante, Guillaume de Sardes explore la «bimbofication».

La vidéo s’intitule “BIMBO”. Elle dure trois minutes et trente secondes. Il s’agit d’un mode d’emploi : comment devenir une Bimbo. Le texte –récité par une femme d’un ton neutre, monocorde– explique en termes précis les différentes étapes de cette transformation, la bimbofication, qui voit des femmes devenir des babes, ou des bombes. On pourrait croire que c’est facile. Non. «Être Bimbo exige un gros travail sur l’attitude, les compétences et l’apparence. […] La plupart des Bimbos ont subi des implants mammaires, des piercings (langue, tétons, chatte) et se sont fait gonfler les lèvres (qui ressemblent d’ailleurs à des vulves). Elles prennent soin de leur apparence et passent énormément de temps à leur toilette. […] Au lit, les Bimbos ont appris et se sont entraînées. Elles se sont efforcées d’exceller dans les pratiques préférées de leur homme. Ce sont des expertes en fellation et elles savent faire des gorges profondes. Les Bimbos ont par ailleurs des anus extrêmement accueillants et souples qui sont comme des secondes chattes.»

Peut-on être trans et hétéro-cisgenre à la fois ?

Alors que la voix énumère, sans émotion, la liste des aptitudes et des qualités exigées d’une Bimbo, une jeune femme (Régina Demina, plasticienne et chanteuse avec laquelle Guillaume de Sardes a souvent collaboré), vêtue de rose, bouge lentement devant la caméra. Elle n’a rien d’une Bimbo, mais s’applique à faire semblant. Visage sérieux, presqu’un peu grave, elle désigne tour à tour ses différents attraits comme une hôtesse de l’air fait la démonstration des consignes de sécurité. Tout, dans cette vidéo, est décalé, à commencer par ce texte étrange. Guillaume de Sardes s’est contenté de le reprendre sur Internet, tel quel : «Il s’agit d’un texte copié/collé (c’est-à-dire dans sa totalité, sans aucune modification) d’un tumblr américain consacré à la bimbofication.» Historien de l’art, écrivain-photographe, Guillaume de Sardes s’intéresse depuis longtemps «au désir, à la sexualité et à ses marges.» Lorsqu’il découvre la Bimbofication, il y voit un phénomène social peu connu «au croisement de la femme-objet, du trans et du fétichisme».

Lire la suite, ici.
Publicités
No comments yet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.