Aller au contenu principal

Conrad Bakker & Galeristes & moi dans Libération !

décembre 2, 2018

Galeristes, une exception culturelle

Philippe Godin, 1 décembre 2018

Vue générale de Galeristes, aérée et conviviale

Pour sa 3ème édition, Galeristes, confirme qu’il est devenu un rendez-vous incontournable dans le calendrier culturel parisien. Ouvert ce week-end, au Carreau du Temple, il démontre qu’un autre monde de l’art est possible, plus engagé, plus accessible, et convivial.

Stéphane Corréard, le fondateur de ce salon reste intraitable sur ce principe de l’ « exception culturelle » auquel notre pays doit rester attaché. Cet ancien galeriste, collectionneur, commissaire d’expositions, critique d’art et journaliste, nous rappelle que « les plus puissants (financièrement, socialement, médiatiquement) ne sont pas forcément les meilleurs » pour nous dire ce qu’est l’art, et encore moins ce qu’il doit être !

Stand Analix Forever – SOLO DE CONRAD BAKKER autour de Marcel Proust

Analix Forever installée à Genève, incarne également parfaitement cet esprit du salon «Galeristes». Fondée en 1991 à Genève par Barbara Polla, Analix Forever est une galerie hors norme, déployant ses projets à l’intérieur de ses murs aussi bien qu’à l’étranger, privilégiant les collaborations et co-élaborations avec de nombreux acteurs du monde de l’art. La découverte et la valorisation de la jeune création y sont déterminantes, ainsi que la promotion de trois médiums de prédilection – la vidéo, le dessin et la poésie –, en particulier lorsqu’ils s’ancrent dans des enjeux politiques et les tréfonds de l’âme.

Dans une interview récente pour L’Art à Genève dessine son autoportrait :

Votre rôle dans le monde artistique ?

Je ne crois pas jouer de rôle dans « le monde artistique ». Pour les artistes avec qui je travaille, je suis un interlocuteur, parfois un « interrupteur », j’interroge, je dialogue, entre admiration et indiscrétion, j’écris sur leur travail, je les aime… et je sers de médiateur entre leur travail et « le monde », de toutes les manières qui me sont possibles : expositions, foires, présences muséales, conférences, événements, projections, textes, livres, rencontres.

Quel a été le déclic ?

Le désir. Le désir de l’art, de la création, d’une approche du corps et de l’âme complémentaire à celle que je pratiquais au quotidien en médecine et en recherche : une approche poétique.

Aujourd’hui quelle est votre motivation ?

Les rencontres avec les artistes sont une constante rencontre de l’autre, un constant défi à toutes certitudes, un apprentissage sans fin.

Votre rapport au marché de l’art ?

Je n’ai pas vraiment de rapport au marché de l’art. Je vends les œuvres des artistes que j’expose à des collectionneurs, qui sont fondamentalement des ami.e.s de la galerie, avec lesquel.le.s nous partageons une passion pour ce que je montre, que j’explore et qui estiment mon travail et mes engagements. Je travaille aussi bien avec des artistes qui n’ont pas (encore) de cote commerciale comme Julien Serve par exemple, ou des artistes très connus et reconnus comme Mounir Fatmi, mais globalement les artistes avec qui je travaille ont souvent plus de reconnaissance académique et institutionnelle que commerciale. Ce sont mes choix, et j’en assume entièrement les conséquences économiques, même si bien sûr il faut vendre, pour vivre, pour poursuivre le travail Forever – et pour les artistes !

Le courant artistique que vous préférez ?

La création en train de se faire, le courant qui vient, que je ne discerne pas encore vraiment…

La qualité que vous préférez chez un artiste ?

L’authenticité, la nécessité de créer.

Ce que vous redoutez le plus chez un artiste ?

Qu’il ou elle se laisse prendre par d’autres motivations que sa nécessité intérieure. Qu’il ou elle oublie de se remettre constamment en question.

Galeristes est donc le lieu de rassemblement de toute la communauté artistique autour d’une passion commune: l’art. Loin des excès et des scandales de la spéculation et de la financiarisation, Galeristes réaffirme la vocation première du marché de l’art: financer la création vivante dans toute sa diversité et participer à l’existence d’un écosystème équilibré, au sein duquel chacun peut trouver sa place.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquer ici

Publicités
No comments yet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.