Aller au contenu principal

Éloge de l’érection : une nouvelle vie grâce à Agnès Giard

janvier 29, 2019

Le mot érection est ambigu. On connaît la définition qu’en donne Flaubert dans son Dictionnaire des idées reçues : «ne se dit que des monuments». L’ouvrage “Éloge de l’érection” pose la question : mais pourquoi construire haut, toujours plus haut ?

«ll me semble que c’est là le point de départ»

«ll me semble que c’est là le point de départ, raconte Rodolphe S. Imhoof (ancien Ambassadeur suisse). Faire quelque chose. Faire quelque chose de sa vie. Faire quelque chose de soi-même. Or, pour créer, pour faire quelque chose, que fait l’homme ? Il se lève ! Un homme couché, un homme mort ne crée pas, ne crée plus. Il se lève donc. L’homme debout n’est jamais statique, il est en mouvement perpétuel. Il construit, d’abord, sa propre vie, son environnement, sa famille. Il se construit jour après jour.» L’humain s’inscrit dès la naissance en constructeur. Ce qui implique détruire autant que créer. Impossible de construire, sans d’abord libérer de l’espace ou de nouvelles possibilités. Or «pour détruire il faut aussi se lever, il faut être debout et marcher, avec ou sans arme. Mais il faut être en érection.»

Pourquoi cette obsession de construire : Dans Éloge de l’érection, magnifique ouvrage collectif traitant du lien érection-art, Barbara Polla (médecin, galeriste et écrivaine) avance une explication à cet appétit humain de construire (détruire). Le problème c’est l’érection, dit-elle, ou plutôt sa durée. On débande trop vite. D’où la nécessité de créer des «érections compensatoires» sous la forme d’architectures. «L’homme, voué à l’alternance insurmontable […] de la position debout et de la position couchée, se devait de trouver une manière de détourner cette réalité. Mais comment lutter […] ? Par une grande vie, bien sûr… par une érection durable, qui ne saurait s’écrouler. Par une érection durable et qui plus est, visible : que le monde entier la voie et puisse l’admirer, au siècle des siècles, amen. L’architecture aura été, de tout temps, pour les hommes, l’une des grandes consolatrices de la détumescence et de la mort. (1)»

NOTE (1) Le mot «homme» est ici à prendre au sens d’humain. L’érection concerne aussi bien les hommes que les femmes. Le clitoris se gorge en effet de sang lors de l’excitation et peut tripler de volume. Cette réflexion sur l’érection et le phallus dépasse la question des différences de sexe.

Pour lire l’article en entier.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.