Aller au contenu principal

La cathédrale vers vous s’avance

février 26, 2019

Extrait de Victoire

… un jour où Rouen fut invité à l’Université Amiens pour un cycle de conférences, Louise me demanda d’aller revoir la cathédrale d’Amiens. Elle me parlait de l’évêque bâtisseur, Evrard de Fouilloy, des architectes, Robert de Luzarches, Thomas de Cromont, des tailleurs de pierre. Elle me fit même lire «Cathédrales pierres vivantes» de Roland Cluny, un écrivain dit religieux, publié au début des années 50, un livre qu’elle avait trouvé au Thé Majuscule, minuscule librairie-salon de thé à l’ombre de la cathédrale de Rouen. D’Amiens, Cluny dit que ses pierres sont vivantes «pour la raison péremptoire que votre âme en fournit le grain». L’âme de Louise? Une illusion vitale. Au nord, sur le portail de Saint Firmin – venu d’Espagne et traversant la Gaule du IVème siècle pour avoir finalement la tête tranchée à Amiens – les douze signes du zodiaque sont incarnés par l’amiénois: en décembre, sous le Capricorne, il tue son cochon gras; en mars il bêche sa vigne, en avril chasse le faucon, en mai s’assied près des églantiers en fleurs, puis viennent à la ronde la fenaison, la moisson, la cueillette, les vendanges, les semailles. Le porche central, lui, est livré aux vertus et aux vices. Aux vices surtout, plus inspirants: une femme frappe violemment de son pied le ventre de son échanson, le moine apostat jette son froc aux orties, la folie dévore une pierre, un lièvre met en fuite un chevalier…  Au sud, buisson ardent, toison de Gédéon, verge d’Aaron, fuite en Egypte. Tout un peuple de pierre. Avec plantes, animaux, anges, hôtes de la terre, nuages oiseaux reptiles séraphins démons élus damnés têtes couronnées auréolées mitrées, la cathédrale vers vous s’avance.

Pour écouter Victoire, lu par son auteure…

© Ornela Vorpsi

« Barbara Polla a écrit ici un roman de la possession. Raconter une histoire, c’est prendre sur les personnages un pouvoir sans limites. La vraie possession en l’occurence n’est pas physique ou mentale, elle est dans l’écriture qui refaçonne les âmes, décide des destins, élève ou rabaisse. Pour le lecteur, en revanche, quel plaisir de se sentir ainsi possédé de son plein gré ! » Pascal Bruckner

En savoir plus, cliquer ici

Publicités
No comments yet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.