Skip to content

Dark + Dangerous Thoughts

juin 12, 2018

Leigh Carmichael, le charismatique directeur créatif de DARK MOFO, a inclus cette année dans son Festival deux journées de conférences, sous le titre « Dark + Dangerous Thoughts ». Un oxymoron assumé dès la conception de ces journées, puisque leur essence même, dans la droite ligne de la pensée d’Hannah Arendt, aura été d’opposer la pensée à la violence. Selon la philosophe, seul le fait de « penser le mal » peut nous permettre de nous en écarter, car « C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal. »

L’orateur le plus fascinant de ces journées n’a pas pu être physiquement présent en Tasmanie, l’Australie ne lui ayant pas accordé son visa à temps, ce qui a soulevé de remarquables polémiques. Mais la présence rayonnante de Muhammad Manwar Ali, sa parole, son message, ont néanmoins illuminé l’Odéon de Hobart, grâce aux merveilles des technologies de la communication. Ancien Djihadiste revenu sur ses pas, désormais pacifiste, activiste engagé dans la prévention du terrorisme, il a développé un argumentaire imparable sur les différences entre la foi et la religion, entre préserver la vie et infliger la mort, et sur le rôle de ce qu’il appelle « la conversation » : l’écoute et l’échange qui sont probablement seuls à pouvoir infléchir la tentation radicale et le devenir terroriste. Muhammad Manwar Ali nous parle de l’importance du « travail sur soi » : probablement le plus essentiel de tous les travaux de l’être humain.

La Tasmanie est le seul pays que je connaisse où à chaque prise de parole publique, l’orateur commence par remercier les ancêtres à qui appartenait cette terre, des ancêtres pour la plupart exécutés, instrumentalisés (instrumentalisées, les femmes surtout), et pour ceux qui restèrent, dépossédés. Reconnaissance à la terre, son passé, son présent et son futur. Une controverse intéressante a opposé Vickie Roach, qui fit partie des « Stolen Generations » et de la plus sombre histoire des indigènes de Tasmanie, à Jacinta Nampuinpa Price, de double origine Warlpiri et celte, conseillère municipale à Alice Springs. La controverse ? Price cherche des solutions aux problèmes (pauvreté, alcoolisme, violence) des indigènes de Tasmanie au sein de leurs propres communautés, refusant de rejeter toutes les responsabilité sur les colons du passé, une position très critiquée par les « anciens ». La violence des attaques contre Price est réminiscente de ce que la politique peut générer de pire : je pense à une image où on la voit souriante, avec cette mention : combien de bites blanches cette bouche a-t-elle sucé ?

Mes respects, Madame Price, pour vos engagements.

L’expérience de Vicki Roach de la prison (elle a été condamnée à 125 reprises…) donne une force implacable à son affirmation : « En prison, votre corps ne vous appartient plus ». Une affirmation foucaldienne – que tant de détenus s’approprient en plein –, une affirmation qui explique la volonté farouche de réappropriation du corps, jusqu’aux pratiques d’automutilation. Une pratique mise en lumière par les œuvres de l’exposition parallèle « A JOURNEY TO FREEDOM », notamment les photographies de Ricky Maynard, d’indigènes tasmaniens, sa propre communauté, en prison, et les vidéos de Jhafis Quintero, artiste panaméen, ancien détenu, qui le mettent en scène lui-même dans la série Ten years in Jail.

Controverse encore, entre Hawk Newsome, le non moins charismatique leader de BLACK LIVES MATTER, et (le pas du tout charismatique) Geoffrey Miller, docteur en psychologie de l’Université de Stanford, qui s’est vu critiquer vertement pour ses positions de « blanc privilégié » semblant ignorer la réalité des effets de la couleur de la peau sur la vie des humains aux Etats-Unis d’Amérique depuis l’avènement de l’actuel président.

Lors d’une autre conversation réunissant, au cours de ces deux journées d’exception, l’ancienne tigre tamoul Niromi de Soyza, Muhammad Manwar Ali encore, et le soldat australien Mark Donaldson, médaillé pour sa bravoure et son humanité, de Soyza, à la question finale qui leur fut posée à tous les trois : « Y a-t-il une guerre juste ? » ne résista pas à la tentation de répondre : « The outcome of any war never tells us who was right. It just tells us who is left. »

Merci à Leigh Carmichael, l’homme qui aime la Tasmanie au point d’affirmer que malgré toutes les sollicitations qu’il reçoit du monde il ne quittera jamais son île du bout du monde, pour avoir su créer une telle plateforme. Inoubliable.

There is definitively no such thing as a dangerous thought.
Hannah Arendt again.

 

 

Why working on « Art & Prison » ? As a journey to freedom. And a path to AutonoRmy.

mai 31, 2018

Currently, I have two major exhibitions going on about the theme « Art & Prison » : in Geneva, at Château de Penthes, an exhibition entitled « LA PRISON EXPOSÉE, Champ-Dollon à Penthes » ; and in Hobart, Tasmania, at TMAG (Tasmanian Museum and Art Gallery), another exhibition entitled «  A JOURNEY TO FREEDOM » 

In my work, I understand “Prison” not only as physical jails, but as imprisonment in general. And imprisonment is everywhere: it is physical, bodily, mental, social, cultural, virtual; imprisonment behind borders, borders from the other, the other humans, the other countries; imprisonment inside social norms, stereotypes and taboos; imprisonment in ourselves, in our bodies and our fears. And we humans imagine and create jails with similar passion as we thrive for freedom. In particular, in these times of political fear, rapid changes and sometimes convulsive chaos, the temptation of jailing anybody who diverges, from subversive teens to migrants, from political dissidents to journalists, seems to raise every day. Jails are proliferating everywhere in the world; we construct them and we let them proliferate; we let them being overcrowded, and too often we let them transform petty criminals in real criminals. Discipline and Punish (Foucault, 1975) is not over and the penal evolution away from corporal and capital punishment to the penitentiary system that began in Europe and the United States around the end of the 18th century is still ongoing. Inhuman – and so human.

Human history, worldwide, is characterized by an unending duality between imprisonment and freedom, and our search for freedom is far from an end and the attempts to conduct our lives as Journeys to Freedom are endless, whether we consider our freedom as a way to live our lives or whether we consider it as a virtual expression of an ideal. Sometimes, even prisons may host such journeys to freedom from within.

Art is one essential freedom, even though it can sometimes end up to be itself a constraint – a voluntary one. Jhafis Quintero, who became an artist while in jail for ten years, states that: “Creation is indispensable to the inmates’ survival”. Creating – no matters what – is indispensable to survive incarceration in the most constrained conditions: this is also what Joana Hadjithomas & Khalil Joreige tell us in their film Khiam 2000-2007 (which is shown both in Geneva and in Hobart). May be creating is indispensable for everybody’s survival. Indeed, “ART IS A FREEDOM” (Tracey Emin, personal correspondence): a freedom that starts in our brains. Think freely, imagine freely, create freely, write freely. Imprisonment and freedom are the two faces of a double sword. Any exploration of imprisonment is therefore by itself a journey to freedom and exhibitions on “art & prison” are one possible way to promote freedom, inasmuch such exhibitions always lead us to reflect on the binomial freedom/imprisonment. Freedom however is never attained: it is and always remains an every moment discipline and a constant effort. It is a journey, till the end.

Next year, I am planning to work more on the links that exist between constraints and creativity, to deepen my insight by listening to people who suffer constraints in their bodies — by handicap for example, by disease, or by walls — or their mind or their everyday life. In my own everyday life, I try to take each day one more step towards freedom — or, at least, towards what I call « autonoRmy ». My latest book with Odile Jacob, Femmes hors normes, is about the type of freedom being outside of norms provides us.

Being “outside the norm” does not mean being an “outlaw.” Autonormy is a discreet, almost invisible individual attitude. It is essentially a matter of resisting and eluding the insidious power of the morally normative environment, be it family, society or religion, or some other form. A matter of being oneself. Autonormy presupposes the individual’s resistance to the norm (and not the law) within society itself, and the creation of new norms (or their absence). But it is not a matter of challenging the law, and that is why I use the term “autonormy” and not autonomy. In seeking to exist “outside the norms,” an individual is not trying to instate their own laws. The point, rather, is to resist – for grounded, individual reasons – all forms of social prescription and stereotyping; to choose one’s own norms. The point is to be close to oneself, with the conviction, or at least the hope, that the process of individuation (become our own self) will lead to better social integration. The closer we come to ourselves as individuals, the more we know ourselves and live in harmony with what we really are, the more open we can be to others, to all others, and the better able to be interested in the other, to understand and love them.

The term autonormy is enlightening in this respect and norms should be irreducibly individual and complex, never unequivocal, but open, and evolving. Autonormy is not about being “exceptional.” On the contrary, autonormy is within reach of us all; it is a harmonious way of living, for the individual and for the group. Indeed, in these times of all-pervasive media, invisibility can be a more much more real and effective way of being outside the norm than the hypervisiblity commonly associated with the exceptional, the extravagant and the eccentric. In a society with simple, powerful laws that are validated and respected by citizens, the “extra-normal” aims to strengthen the individual, and this will in turn lead to a strengthening of society, rather than destabilising it. Individuals who are in harmony with themselves, close to themselves, create an empathetic and strong society in which each individual is, thanks to his or her autonormy, better prepared to respect others. All others, including inmates.

Autonormy, as such, is a simple, intimate journey to freedom we should take and share every single day.

Jhafis Quintero, here in Panama in 2017, spent 10 years in jail. He became an artist while in jail. He represented Panama at the Venice Biennial in 2013. His works are in Centre National des Arts Plastiques, Paris. He recently published La casa de los geckos, an intimate testimonial of his years in jail. Art is a freedom.

Histoire de jambes entre soeurs et frère

mai 29, 2018

Mes quatre filles se retrouvent en Louisiane pour fêter un anniversaire symbolique de leur aînée…

©Marin Raguz
Pendant ce temps, à Genève, mon frère aîné et moi vernissons une exposition au Château de Penthes, intitulée « LA PRISON EXPOSÉE, Champ Dollon à Penthes ». C’est très sérieux. Discours officiels, tout cela. Mais pendant ce temps quelqu’un s’amuse… et photographie nos jambes. Une histoire de soeurs et frère, je vous dis !
© Dominique Quennoz

NEW RIVER PRESS

mai 24, 2018

En savoir plus ici

Have you seen Elissa ?

mai 23, 2018

Où est Elissa  ? Mais qui est Elissa ? Venez la rencontrer, la retrouver, ce vendredi dès 17h et jusqu’à 21h, dans la dernière collection que Maya Kaadan, brillante ancienne étudiante de la HEAD à Genève, a créée. Un univers : son univers, celui de son enfance à Damas, pleine de couleurs, de parfums, de fleurs et de la musique et de la beauté de son pays d’alors… Pour réaliser sa collection, Maya fait appel, entre autres, à des femmes syriennes réfugiées à Beyrouth, liant ainsi l’éthique à la beauté. La galerie ANALIX FOREVER est fière de l’accueillir pendant deux semaines dans son menu repaire de la rue de Hesse et nous vous espérons nombreuses, et nombreux, à venir vendredi, ou jusqu’au 9 juin, et à porter, ou à offrir, les vêtements imaginés et créés par Maya. Nous serons doublement belles à porter ses vêtements car nous porterons avec eux les rêves de Maya, un univers d’élégance et de féminité envers et contre tout.

About 8/02 : Atelier 8/02 voyage à la rencontre de femmes au parcours extraordinaires. Certaines ont fui la guerre, d’autres sont les pourvoyeuses de famille, mais toutes trouvent dans cette collaboration la fierté et le plaisir de pratiquer leur savoir-faire en mélangeant leurs traditions à la vision contemporaine de la designer Maya.  Ses créations tiennent compte du rythme et du temps nécessaires aux petites mains pour fabriquer des objets uniques et en série limitée. Atelier 8/02 se veut éthique, intemporel, décalé, slow fashion et animé par le hasard qui fait bien les choses. 802 aime travailler et soutenir des femmes extraordinaires qui ont pu être affectées par les conflits. Autour de leur travail, elle racontent leurs histoires et maintiennent en vie l’art qu’elles ont toujours pratiqué dans le cercle familial. Aujourd’hui nous travaillons avec une équipe de réfugiées syriennes du Liban qui possèdent des trésors de force et de résilience… et surtout de maitrise du tricot. Nous avons également collaboré avec Leila en Tunisie. Une femme admirable qui subvient aux besoins de sa familles grâce à sa machine à coudre et à son savoir-faire. Pour en savoir plus, cliquez ici

J’ai ce privilège incroyable…

mai 9, 2018

D’être entourée de gens formidables, qui font, qui pensent, qui partagent, qui me donnent à voir, à lire, à penser, à aimer le monde…

Les artistes bien sûr. Frank Smith dont je montre le travail à Genève, les « 50 cinétracts + 1 ». Nous avons visionné ce midi Fin de mots au Château de Penthes, les spectateurs présents avaient tous les larmes dans les yeux et le cœur après la projection de ce film aussi sobre que poignant, aussi terrible que poétique. Merci Frank.

Frank Smith qui a écrit l’introduction de IVORY HONEY et viendra la lire au Silencio mercredi 16 – en présence de tous les artistes – et si ce n’est les artistes, leurs vidéos ! – qui m’ont inspirée pour ce premier recueil de la poétesse en herbe que je suis, Ursula Biemann, mounir fatmi, Abdul Rahman Katanani, Guendalina Salini – et Julien Serve bien sûr, dont les images accompagnent mes chansons – et Robert Montgomery, le poète-plasticien-éditeur qui publie my songs @ New River Press.

Et ceux qui vont venir lire à mes côtés : Laurie Hurwitz, Abdul Rahman Katanani, Jean-Philippe Rossignol, Frank encore.

Et Paul Ardenne, « conseiller culturel » pour VIDEO FOREVER, entre autres, et à Nicolas Etchenagucia – même s’il part en Afrique du Sud pendant dix jours pour un projet vidéo encore confidentiel, il revient le matin même du 22 mai tout exprès pour la prochaine séance de cette utopie concrète que nous portons tous trois ensemble à bout de bras depuis plusieurs années.

Et toutes celles et ceux qui suivent et soutiennent cette utopie-là et tant d’autres auxquelles je me consacre : la liberté – avec mes expositions Art & Prison, notamment celle du Château de Penthes – ou encore SHARING PERAMA (un grand merci à celles et ceux qui ont déjà contribué) …

……………………………………….

ON SE VOIT DEMAIN PAR HASARD ?

Ici ou ailleurs

MARDI 22 MAI À 19H
VIDEO FOREVER 35 *RÉSISTANCES À LA MARGE*
22 rue Visconti, 75006, Paris

Dans le cadre de l’exposition TALKING ABOUT A REVOLUTION, conçue par Paul Ardenne, Visconti22 et VIDEO FOREVER ont le plaisir de vous inviter à la projection
VIDEO FOREVER 35 *RÉSISTANCES À LA MARGE*

L’artiste, la solitude, la résistance

Avec des vidéos de Volkan ASLAN, Daniel BEERSTECHER, Regina Jose GALINDO, Ali Kazma, Luc MATTENBERGER, Frank SMITH, Alicia MERCY, Guendalina SALINI, Sarah TROUCHE, Tabita REZAIRE & Miguel Angel RIOS.

Solitude et résistance ne font pas forcément bon ménage, la résistance efficace est plutôt du côté du groupe, de la phalange organisée. L’artiste, sauf à opter pour la création en collectif, ou de nature participative, est le plus clair du temps un ouvrier isolé ou qui peut le devenir, emporté dans et par sa propre expérimentation créatrice, parfois bientôt muré en elle, retranché dès lors de la sphère de l’activisme social.

Une résistance solitaire est-elle possible ? La création vécue comme résistance à l’ordre établi, quel qu’il soit, est-elle soluble dans les grands mouvements d’opposition politiques ou éthiques ? Le créateur est porteur d’une « micropolitique », or celle-ci peut-elle être efficace au-delà du cercle restreint de sa propre personne ?

Toute création d’essence artistique est une « résistance » si l’on admet que créer, c’est changer l’ordre du monde. C’est parce que le monde n’est pas celui que nous attendons que nous y ajoutons une création de notre main. En cela, créer c’est résister au monde tel qu’il est, en le modifiant par l’apport de l’œuvre d’art. Il est bien entendu, ici, qu’on désigne une « résistance » qui est d’abord intime avant d’être sociale. L’œuvre d’art, ici, signe ma capacité à ne pas me laisser submerger par la réalité et, de concert, elle témoigne de la prise que je puis avoir sur cette dernière, dont, dans cette réalité générale, ma propre réalité.

Solitude donc plénitude. La création solitaire, c’est-à-dire voyant l’artiste développer en lui-même son projet artistique, est un facteur garant de plénitude, prodigue d’un état de bienfait ou de bonheur que les créateurs connaissent bien. Créer est difficile, épuisant souvent. La dynamique créative et la pulsion à la plénitude, cependant, motivent l’existence, satisfont le désir, épanouissent le vouloir-vivre, transportent le corps à la manière de la passion amoureuse, avec le même élan positif. Cette dynamique créative est un projet, elle tend à une concrétisation de l’œuvre d’art qui est pour le créateur un témoignage de son potentiel accomplissement vital. Résister, en fait, se vit d’abord en solitude. En se donnant à soi-même, à ses inflexions propres et à ses tensions intimes dans un élan de désir.

Avant de résister à quoi que ce soit, en fait, le créateur artistique doit se donner sans résistance à son projet. Si désir de résistance il a, ce désir ne saurait s’exaucer et se satisfaire sans le préalable du don de soi à soi. De la micropolitique vers la macropolitique, en somme, et pas le contraire.

Présentation de Paul Ardenne, Barbara Polla & Nicolas Etchenagucia
Réservation auprès de barbara.s.polla(a)gmail.com.
Remerciements à Prometeo Gallery.

Un charme un peu Frenchie

mai 7, 2018

Le premier recueil de poèmes que Barbara Polla publie est en anglais, pas seulement mais surtout. Sur les trente-huit poèmes de ce livre, elle n’en a en effet écrit que quatre en français. Tous ont en commun d’être sortis spontanément de son esprit…

Si elle a choisi d’écrire dans une langue étrangère, c’est que ce qu’elle appelle l’immigration linguistique lui importe et qu’elle sait bien avec Julia Kristeva que sa mélodie anglaise trahit son origine en ne s’ajustant pas tout à fait à l’identité britannique.

De là un charme indéniable, au fond quelque peu frenchie

Écrire dans une langue étrangère est aussi pour elle une expérience. En l’occurrence, elle ne peut être que fructueuse parce que la langue anglaise, qui est rythme, se prête bien à la poésie et à l’imaginaire avec son vocabulaire latin et saxon.

Dans cette langue étrangère, les mots lui semblent plus légers pour dire les choses qu’en français et elle se sent plus allègre pour y jouer avec les termes érotiques qu’elle ne le serait en français, peut-être grâce à sa mise à distance d’observatrice.

Aurait-elle écrit les vers qui suivent en français ?

I was lying on him
Him naked so was I
And his sperm in a cloud
Was dropping upon us
Like the tears in the rain

Cette inspiration est cohérente avec celle de ses autres livres, desquels émane une forte libido pour la vie. Ses mots-clés, dans la langue de Shakespeare, sont peace and sex, ce qui a une toute autre saveur que l’insipide slogan des hippies dans les sixties

Barbara Polla ne peut faire oublier qu’elle est médecin, pas seulement du corps mais de l’âme:

Without you I would have died
Shadowless surgical light
Red like blood pink like flesh
Graft a leg graft a soul
Under the skin human soul

Si Barbara Polla aime et défend les femmes, elle ne hait point les hommes:

I adore when his power
Melts inside me
I’m a female I’m a man
Molecular networks open the sky
And souls get lost in ivory honey

Le recueil est illustré de dessins de Julien Serve. Ce sont des mains, dans toutes les positions. Il dit de ses séries de mains qui sont sa marque d’artiste:

The hand is the condition of civilization on one side. It’s also the first part of the body that touches the other. The hand is the node in which intersect society and intimacy. It thinks, builds and also connects, feels, breathes.

Par ce choix approprié d’illustrations, Barbara Polla rappelle qu’elle est également galeriste…

Francis Richard

 

Ivory Honey, Barbara Polla, 80 pages, New River Press

En savoir plus sur le blog de Francis Richard